Syndic Expert : Chargement en cours
title

Une procédure d’urgence pour changer de syndic

« Fin novembre 2015, mon syndic m’a annoncé qu’il comptait augmenter ses honoraires de 30 % en 2016 en raison de l’entrée en vigueur de la loi Alur, déclareJérémie P., président du conseil syndical des copropriétaires d’un immeuble situé dans le 17 e arrondissement de Paris. Il s’était arrangé pour que l’assemblée générale de notre immeuble se déroule très tardivement, en décembre, alors que les comptes doivent être approuvés avant le 31 décembre. Nous étions piégés, car il est difficile de mobiliser les copropriétaires pour changer de syndic dans un délai aussi court ! »

Depuis un an, les associations de consommateurs disent recueillir un grand nombre de témoignages similaires. « La loi Alur n’induit pas de surcoût pour les syndics, c’est un mensonge. Ils utilisent ce prétexte pour imposer de fortes hausses de tarifs », s’énerve Emile Hagège, directeur de l’Association des responsables de copropriétés (ARC), qui publiera, en mars, un guide afin d’aider les copropriétaires à répondre aux arguties des syndics.

Cadre législatif contraignant:

Changer de prestataire est compliqué car le cadre législatif est très contraignant. « La loi est précise : il faut envoyer au syndic en place un nouveau contrat négocié avec un concurrent en lui demandant, par lettre recommandée, de mettre à l’ordre du jour de la prochaine assemblée générale une résolution proposant le changement de syndic », détaille le fondateur de Syndicexperts.com, Sylvain Elkouby.

 

 



Google+